IMG_1007

« Le silence n'est pas seulement absence de bruit. Nous l'avons presque oublié. Les repères auditifs se sont dénaturés, affaiblis, désacralisés. La peur, voire l'effroi suscités par le silence se sont intensifiés.

Dans le passé, les hommes d'Occident goûtaient la profondeur et les saveurs du silence. Ils le considéraient comme la condition du recueillement, de l'écoute de soi, de la méditation, de l'oraison, de la rêverie, de la création ; surtout comme le lieu intérieur d'où la parole émerge. Ils en détaillaient les tactiques sociales. La peinture était pour eux parole de silence.

L'intimité des lieux, comme celle de la chambre et de ses objets, comme celle de la maison, était tissée de silence. Depuis l'avènement de l'âme sensible au XVIIIe siècle, les hommes, inspirés par le code du sublime, appréciaient les mille silences du désert et savaient écouter ceux de la montagne, de la mer, de la campagne.

Le silence témoignait de l'intensité de la rencontre amoureuse et semblait condition de la fusion. Il présageait la durée du sentiment. La vie du malade, la proximité de la mort, la présence de la tombe suscitaient une gamme de silences qui ne sont, aujourd'hui que résiduels ».

Alain Corbin - Histoire du silence (extrait)

 

IMG_1012

IMG_1013

IMG_1014

Aux amateurs de BD, je conseille la lecture de "Un bruit étrange et beau" de Zep (oui oui, le papa de Titeuf dans un tout autre registre)

IMG_1016

Un bruit étrange et beau nous parle d’une quête : de solitude, de liberté, de simplicité. Mais aussi d’une fuite : du monde, de son agitation, de son lot d’obligations, d’incertitudes, d’angoisses. Enfin, l’album nous parle de générosité, d’amour et de tendresse. Qu’est-ce que l’essence d’une vie ? Chacun possède une réponse différente au fond de soi… Et, même si l’on ne comprend pas toujours les choix des autres, même si on les désapprouve, ils méritent d’être respectés pour ce qu’ils sont.

 

IMG_1015