(Shayra dans son refuge, où elle aurait pu rester longtemps, si mon regard ne s'était posé sur elle)

En général, ils partent soulagés, carrément débarrassés, tout légers d'avoir déposé le fardeau, c'est lourd, un être vivant. Ils partent donc, sereins même, sans un regard, sans laisser un sou, que leur importe, le refuge paiera pour les soins, pour la nourriture, supportera le poids de la lâcheté et de l'irresponsabilité, consolera, tant bien que mal - et même plutôt mal, tellement ils sont nombreux, eux, les chiens, et tellement peu eux, les humains, à s'engager dans cette galère sans fin et à ne pas faillir - cette vie brusquement accidentée, ce coeur en état de choc, ils sont là pour ça, c'est leur boulot. Et clac, la grille du box refermée sur lui, cage, prison, barreaux, béton, incarcération, que lui arrive-t-il, il ne comprend rien, parce que les chiens sont comme ça, et puis, comme un coup de tampon, il se retrouve répertorié dans la catégorie "Abandonnés", c'est alors là que tout bascule, à ce moment précis il est trop tard pour revenir en arrière. On appelle cela "l'irrémédiable", le point de non-retour, comme en amour, comme pour les avions, décollage, atterrissage, parfois même c'est le crash. Mais lui sait qu'on va venir le rechercher, car l'amour, puisque le sien l'est, demeure éternel, tout comme la confiance, celle qu'il a donnée, sans réserve, sans calcul, parce que les chiens sont comme ça, les humains aussi, parfois, enfin... certains. Et longtemps, la tête tournée dans la direction où il a vu partir son dieu, les oreilles dressées, le museau frémissant en un doux mais régulier gémissement, indifférent au bruit, aux autres chiens, au va-et-vient du personnel, aux visiteurs, longtemps il va l'attendre, longtemps il va le prier, parce que, voyez-vous, croyez moi, vraiment, les chiens sont comme ça. N'achetez pas : ADOPTEZ !

(billet de Luce Lapin paru dans Charlie Hebdo n° 1251 du 13/07/2016)

Si, après beaucoup de souffrance, Agora est enfin adoptée

 

 

Malgré toute ses qualités et sa gentillesse, LUTE n'aura pas eu cette chance

il s'est éteint dans le refuge où il a passé la quasi totalité de sa vie :-(

Eux espèrent toujours qu'un regard se pose sur eux :

FERDI (le doux galgo à droite), il a 7 ans, il est posé, doux et joueur (ses 2 copines sont aussi à l'adoption)

 

Le petit GYNKO encore tout jeune et si craquant. Un format de poche à emmener partout. Ça serait bien s'il trouvait vite sa famille.

 

Mon chouchou Papy JUANITO qui en a encore "sous la patte" :-)

Et le petit nouveau présenté Rue de la Bahutière :

alfa5010.jpg

ALFA, notre toutou de l'été

Il  a quand même des yeux à tomber !

(Clique sur les noms pour en savoir plus)