Le problème n'est pas ce que nous mangeons entre Noël et le Nouvel An,

mais plutôt entre le Nouvel an et Noël

(une petite pensée diététique tout à fait d'actualité :-) )